Chronique d’une imparfaite à tous les imparfait.e.s motivé.e.s - consommation rebelle

Chronique d’une imparfaite à tous les imparfait.e.s motivé.e.s

As-tu déjà commencé une nouvelle activité en te disant : « Tiens, je vais juste être moyen.ne » ? Non. La plupart du temps, lorsqu’on commence une nouvelle activité on se voit la réussir et devenir bon.ne, voire même excellent.e. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on est toujours très motivé au début. C’est ensuite sur le long terme que ça se corse. Qui n’a pas commencé une nouvelle activité en étant très motivé.e, pour finalement la laisser tomber au bout de quelque jours, semaines, ou mois ? Moi je l’ai fait de nombreuses fois.

Pour justement remédier à cette mauvaise habitude, je me suis intéressée à ceux qui réussissaient et à leur méthode. Mon objectif : réussir ce que j’entreprenais en suivant leur méthode. Mais avant de t’en parler plus en détail, je vais te dire deux trois choses que je trouve importantes et qui ont changé ma perspective sur certains points. Surtout sur mon jugement personnel qui est souvent trop sévère lorsque j’échoue.

 

2-3 révélations sur les parfait.e.s

Premièrement, les gens excellents le sont souvent dans un, deux, voire trois domaines. Ils ne le sont pas partout. Pourquoi ? Parce que comme toi et moi, ce sont des êtres humains qui vivent des journées de 24h. Ils ont donc autant de temps que toi pour se réaliser. La coach sportive que tu admires est excellente en fitness, certainement bonne en cuisine santé et en photos (domaines connexes à sa passion initiale qui lui demandent peu de temps additionnels de pratique).

Par contre, je suis quasiment certaine qu’elle n’est pas bonne en claquette, en skateboard, en ski, en curling, en recette naturelle de cosmétique maison, ou en codage HTML. On ne peut pas être excellent partout. Ça demande trop de travail et de temps. Donc grande nouvelle :  les parfait.es ne le sont que dans quelques domaines très précis. Si tu doutes encore, regarde les pros : en quoi sont-ils bon ? En tout en deux, trois trucs. Même eux sont imparfait.es quelque part.

Temps et méthode

Devenir bon prend du temps. Certain vont y arriver plus rapidement que d’autres, mais d’une manière générale, je pense qu’on peut s’accorder sur le fait que devenir excellent dans un domaine demande du temps et de l’entrainement. Tout comme nous, ceux qui réussissent sur le long terme essuient aussi des échecs à chaque moment de leur progression. C’est normal. C’est juste qu’ils ne nous le disent pas, ou que s’ils le font nous ne le voyons pas. En tout cas, retiens ça : apprendre demande de l’entrainent et de la répétition, et de faire des erreurs. C’est tout à fait normal de ne pas y arriver, de se démotiver et de vouloir laisser tomber. Le tout est de ne pas le faire.

Accepter d’être imparfait.e et surtout d’être en processus d’apprentissage est important. Ça va t’enlever la pression du résultat et te permettre de te concentrer sur les étapes suivantes.

Maintenant qu’on est tous bien relax avec l’idée d’être imparfait.e, comment faire pour s’améliorer ?

Imparfait.e et motivé.e

 

La première chose est la motivation. Il va falloir que tu la trouves. Parce que c’est facile de l’avoir au début quand tu as l’excitation de la nouveauté. Mais, c’est un peu moins évident de la garder quand tu essuies tes premiers échecs.

Donc pour partir sur de bonnes bases, demande-toi pourquoi tu fais ce que tu fais. Est-ce que c’est pour les choses que tu gagnes en faisant cette activité, mais que tu pourrais avoir en principe en faisant une autre activité (motivations instrumentales) ou pour des raisons liées au caractère unique de l’activité, qui te plait en tant que telle et ce indépendamment de ce que tu gagnes ou non (motivation intrinsèque) ? Par exemple, est-ce que tu fais de la fitness parce que tu veux te sentir bien dans ton corps ou parce que tu aimes profondément la fitness ? Et pour ne pas me répondre les deux, parce que c’est la solution facile, pose-toi la question suivante : Si tu avais le corps idéal, et que tu n’avais pas besoin de faire du sport pour garder ton corps dans l’état actuel, est-ce que tu continuerais à faire de la fitness ?

Réponds en toute honnêteté. Ça va te permettre de faire la différence entre tes passions et les activités que tu t’imposes. Fais-bien la distinction entre les deux, ça va être important pour la suite.

 

Imparfait.e et précis.e

 

Tu sais donc pourquoi tu fais ce que tu fais (que ce soit ta passion ou non). Pour avancer dans la bonne direction, la deuxième chose est de se fixer un objectif. J’avais tendance à ne jamais le faire dans toutes les activités que je commençais. Je me disais toujours qu’en cas d’échec, ça n’en serait pas vraiment un puisque je ne me serais en fait rien promis. C’est une très mauvaise pratique. Se fixer un objectif permet surtout de déterminer quels sont les efforts à faire. Voilà pourquoi il faut quantifier et qualifier tes objectifs. Exemples : avoir un niveau B2 en espagnol en 3 mois pour tes prochaines vacances à Barcelone, avoir gagné 2kilos de muscles et perdu 4 kilos de graisse en 2 mois, avoir fait 400$ d’économies d’ici 30 jours, instaurer un système fiable de gestion administrative d’ici la semaine prochaine.

 

Évidemment, sois réaliste, mais surtout ne prend pas l’excuse du réalisme pour être fénéant.e. Je te conseille évidemment d’être ambitieu.x.se pour te motiver et arriver (plus rapidement) à tes buts.

 

Imparfait.e et méthodique

 

Maintenant que tu as ta raison et ton objectif, on va parler de méthode. Parce sans méthode c’est impossible. Regarde les professionnels, ils ont tous des méthodes, et des programmes d’entrainement. Résultats : ils sont excellents dans leur domaine. Donc on va s’inspirer d’eux, mais avec une dimension rebelle. Parce que contrairement aux professionnels, on n’a pas toute la journée pour s’entrainer.

La MED

Connais-tu le principe de la dose minimale effective (Minimum Effective Dose – MED – en anglais) ? Ce principe dit que pour une implication minimale on peut obtenir le résultat souhaité. Autrement dit, si tu veux parler une langue, perdre du poids, avoir des abdos, apprendre à danser, ou faire du snowboard tu n’as pas besoin de passer des années à t’entrainer. Il te suffit de trouver la dose minimale d’implication qui te donnera le résultat escompté.

L’exemple le plus connu pour expliquer ce principe est celui de l’eau qui bouille. Pour faire bouillir de l’eau il faut atteindre les 100 degrés. Chauffer l’eau plus que 100 degrés est une perte de temps et d’énergie, étant donné que l’eau ne peut pas être plus bouillie que ce qu’elle est déjà.

À chacun sa dose

Tu vas sans doute me dire « Ok, mais où est-ce que je trouve la dose minimale à appliquer ? ». Comme nous sommes tous différents, la dose minimale est personnelle et doit se trouver en faisant tes propres recherches. Ça va te prendre un peu de temps de recherche et d’essai/erreur, mais quand tu l’auras trouvée, je peux t’assurer que tu vas gagner du temps sur le long terme. Le côté positif est que presque tout est trouvable sur Internet. La personne la plus connue parlant de la MED est Tim Ferriss. Que ce soit à travers son blog, ses podcasts ou ses livres (4 Hour Body, 4 Hour Chef, Tribes of Titans), Tim Ferriss évoque les meilleures méthodes pour arriver rapidement à ses fins, avec le minimum d’effort. Donc tu peux commencer par lui pour te faire une idée.

Inspire-toi de ce qui se fait déjà et observe ce que font les professionnels. Intéresse-toi autant à leur échec qu’à leur réussite. De cette manière tu vas pouvoir te faire ton propre programme, le tester et l’ajuster en fonction de ton évolution. Tu remarqueras qu’ils ont tous une petite routine qui leur apporte de gros résultats.

 

MED et passion

Tu peux donc utiliser le principe du MED dans tes passions pour arriver plus rapidement aux résultats escomptés. Je sais que lorsqu’on est passionné, le nombre d’heures investies n’a aucune importance. Par contre, chaque passion a ses côtés moins intéressants. C’est donc pour ceux-là que tu peux utiliser la MED, afin d’avoir le maximum de temps pour faire ce que tu aimes vraiment.

Tu peux aussi et surtout utiliser la MED pour toutes tes autres activités (hors passion). Par exemple, si ta passion est le golf, tu devrais utiliser la MED pour préparer tes repas de la semaine, maintenir une forme physique, garder ton logement propre et ton organisation administrative à jour. Ta logistique de vie sera donc réglée et tu auras le temps et l’espace mental pour ta passion.

 

Imprafait.e et organisée

 

La dernière chose à faire pour arriver à réaliser son objectif est d’être organisé.e. Vu que tu as ciblé ton objectif et déterminé ton programme, tu n’as plus qu’à le placer dans ton agenda et à t’y tenir. Le secret est de découper ton programme en petites étapes pour être certain.e de ne pas te surcharger et de continuer à être motivé.e.

Si tu veux te lancer dans plusieurs activités en même temps, essaye d’en trouver des connexes pour les optimiser (exemple : fitness et nutrition). Cela va te permettre de te faire des programmes croisés. Et si ce sont deux activités qui n’ont aucun rapport, eh bien à toi de relever le défi de la motivation. Avec les différentes étapes dont je viens de te parler tu devrais avoir une bonne base pour débuter.

Pour ne louper aucun de tes entrainements ou sessions d’apprentissage, voici quelques astuces que je mets en place :

  • Partager tes objectifs avec les autres pour qu’ils te demandent ton évolution
  • Te forcer au moins 10 minutes à faire une tâche (la plupart du temps, tu verras que tu voudras continuer)
  • Demander à un.e ami.e de t’accompagner dans ton activité
  • Mettre des photos de ton objectif visibles dans ton quotidien
  • Te promettre des récompenses quand tu as terminé une tâche difficile ou atteint ton objectif

Le mot de la fin

Sois imparfait.e et motivé.e à faire mieux et tu verras que très rapidement tu deviendras très bon.ne dans ce que tu fais. Et si ce n’est pas le cas, c’est peut-être que ta méthode n’est pas la bonne ou qu’une meilleure activité t’attend ailleurs. Dans tous les cas, tu ne pourras pas être parfait.e partout (et c’est tout à fait normal !). Donc fais-toi à l’idée d’être imparfait.e dans certains domaines. Mais prépare-toi à exceller dans d’autres.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages

2 réflexions au sujet de « Chronique d’une imparfaite à tous les imparfait.e.s motivé.e.s »

  1. Se faire à l’idée d’être imparfaite… y’a du travail ^^ Mais tu as tout à fait raison, on ne peut pas exceller partout ! je pense qu’entre estime de soi et images véhiculées par les réseaux sociaux, on a toutes les raisons de vouloir être parfait.e et d’assurer sur tout les fronts. Sauf que c’est une porte ouverte droit vers le burn-out !
    Je ne connaissais pas la MED et ça m’incite à lire Tim Ferris. J’ai tendance à me jeter à fond dans toute nouvelle activité, donc ça m’aidera sûrement à me modérer et à ne pas m’épuiser.

Laisser un commentaire