Vivre Mieux

1 an de Défi Rien de Neuf : Mon Bilan


En janvier 2018, je me lançais dans le Défi Rien de neuf, organisé par l’association Zero Waste France. Une belle résolution. Je m’entends encore dire « rien de neuf en 2018, quelle idée de génie ». Évidemment, avant de me lancer, je suis quand même allée vérifier les modalités de participation sur le site du Défi Rien de neuf et les quelques articles de blog de l’époque sur le sujet, histoire de savoir ce qu’implique le terme « rien de neuf ». Alors voilà le topo : seuls les biens matériels, à savoir les vêtements, les meubles, l’électroménager, le high tech, la décoration, et les livres font partis du défi.  La nourriture, les produits d’hygiène et les cosmétiques n’entrent pas en compte. Après une année de défi c’est pour moi le moment de faire le bilan. Et je peux déjà te dire qu’il est positif. Tellement positif que je le renouvèle cette année, en ajoutant « Défi rien de neuf 2019 » à ma liste de résolutions. Si tu veux en apprendre plus sur ce défi ambitieux, sans lire mon gros pavé relatant mon expérience personnelle, tu peux directement aller sur leur site ou sur celui du site Ulule (Rien de neuf).

 

Mon tout premier podcast

Pour célébrer ma première année sans aucun achat neuf, je me suis dit que j’allais te faire un petit podcast te parlant de mon expérience. Alors si tu veux m’écouter il te suffit de cliquer sur la petite flèche “play” plus haut, juste en dessous du titre, ou de cliquer ici pour le télécharger. Sois indulgent.e, c’est mon tout premier 🙂

 

Les prémices du Défi Rien de neuf

 

Ceux qui me connaissent diront que j’avais un avantage, étant donné que ça faisait déjà plusieurs années que je n’achetais presque rien de neuf. Peut-être une vingtaine d’éléments neufs en 2015, et une dizaine en 2016 et en 2017. Lorsque je suis arrivée à Montréal, il y a maintenant un peu plus de quatre ans et demies, j’ai petit à petit changé ma manière de consommer pour adopter de bon reflexes de consommation responsable. Je me préparais sans le savoir au Défi Rien de neuf.

Mon premier pas dans ce changement de consommation a été l’achat de seconde main pour des vêtements, des chaussures et des meubles. Un premier pas qui m’a amenée beaucoup plus loin et qui continue aujourd’hui à me motiver à trouver d’autres façons plus équilibrées de consommer. Au début, mes motivations étaient uniquement économiques. Poussées par elles, je suis allée vers la seconde main, l’échange, le don, le local, et le vrac. À la simple raison économique s’en sont ajoutée plein d’autres, d’autant plus motivantes, comme l’environnement, la santé, le respect du travail du producteur.

Mon changement de consommation n’a pas été sans embûche. J’ai fait des erreurs, je me suis sentie frustrée, incomprise, trop enthousiaste, pointée du doigt, critiquée. Heureusement, avec le temps, les embûches se font de plus en plus rares. J’apprends, je recommence en faisant mieux pour finalement rencontrer de plus en plus de victoires et vivre pleinement les bienfaits de ce changement de consommation.

 

Vers le Défi Rien de neuf

Consommer différemment m’a donné toutes les astuces pour relever avec brio le Défi Rien de neuf en 2018. En plus de la fierté de cet accomplissement, je compte de nombreux points positifs à ce défi. Si tu me suis depuis un moment, tu vas certainement deviner là où je veux en venir. Mes fameux trois « + » : + de temps, + de bien-être et + d’argent.  Ce sont les trois principaux, mais il y a plein d’autres que je pourrais ajouter (+ de passion, + d’enthousiasme, + de débrouillardise, + d’autosuffisance, + d’espace, etc…). Mais pour ne pas trop te perdre on va se concentrer sur les trois premiers.

 

Défi Rien de neuf : + de temps

31 résolutions responsables

J’ai changé ma façon de passer mon temps

Ne rien acheter de neuf pendant une annéem’a fait gagner plus de temps, parce que je ne passe plus des heures à courir après les bonnes affaires et à revenir avec des montagnes de vêtements, de chaussures ou d’accessoires. J’ai banni les grandes surfaces (centres d’achats) et les zones commerciales pour consommer dans des magasins de seconde main plus proches de chez moi. Je ne perds donc plus de temps dans les transports en commun, et dans les files d’attentes diverses. Je choisi également des magasins de seconde main généralistes afin de trouver tout ce dont j’ai besoin en un seul déplacement.

Admettons que tu n’aies pas la même chance que moi, et que le magasin de seconde main le plus proche soit plus loin que le centre commercial auquel tu vas d’habitude. Je te conseille quand même de faire quelques minutes de voiture en plus pour aller au magasin de seconde main. Pourquoi ? Parce qu’il y a moins de monde, moins de superflu, moins d’énervement, moins de surconsommation possible. Tu vas directement à l’essentiel. Tous ces avantages te font gagner du temps. Évidemment, à ceux-là, tu peux ajouter les autres avantages dont je te parlerai plus bas. Si vraiment tu ne trouves aucun magasin de seconde main proche de chez toi, tu peux te tourner vers les sites en ligne de seconde main.

 

Je ne surconsomme plus

J’ai arrêté de stocker des vêtements, des chaussures, des accessoires, des électroménagers comme si ma survie en dépendait. Lorsque je me suis vraiment questionnée sur mes besoins, je me suis rendue compte qu’ils étaient toujours les mêmes. Le reste n’était que du superflu, que j’ai alors diminué, puis supprimé pour avoir plus d’espace physique et mental. Qui dit moins d’achat, dit moins de temps à dépenser. Je ne suis donc plus victime de cette pression de l’achat neuf que je pouvais m’imposer. En faisant moins et mieux, je me suis dégagée du temps pour réaliser les projets qui me tiennent vraiment à cœur, qui me passionnent et qui me permettent de faire autre chose de mes week-ends que d’aller faire du shopping.

 

Petite anecdote : consommation alternative vs consommation traditionnelle

J’ai souvent entendu des personnes dirent que la consommation responsable ou alternative prend beaucoup plus de temps et d’énergie que la consommation traditionnelle. Cuisiner un plat prend plus de temps que d’en acheter un tout fait. Faire ses propres cosmétiques prend plus de temps que d’aller en acheter. Construire un meuble soi-même prend plus de temps que de l’acheter à Ikea. Je dirais que ce n’est pas forcément le cas. Tout dépend de ce que tu considères dans le décompte des heures. Je dirais même que, pour ma part, c’est rarement vrai. Mais ça, c’est sans doute parce que j’ai un peu d’avance dans la démarche responsable.

Petite démonstration avec une anecdote fraiche d’il y a moins d’un mois.

Jean : « Je ne vois pas comment tu peux gagner du temps en construisant un meuble toi-même, plutôt que d’aller l’acheter à Ikea »

Moi : « Ah bon ? Comment ça ?»

Jean : « C’est long de construire un meuble. »

Moi : « C’est long d’aller à Ikea. Tu prends ta voiture, tu es coincé à un moment dans les embouteillages, parce qu’il y en a toujours quand tu vas à Ikea. Ensuite tu rentres dans le magasin, tu fais le serpentin en essayant de te décider. Si tu es accompagné, il y a pas mal de chance pour que tu te disputes avec la personne qui t’accompagne. Parce qu’à Ikea on se dispute toujours sur la taille du meuble, la couleur, la disposition qu’il aura. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Gad Elmaleh (je rigole – mais je trouve ça très drôle). Bref, quand tu as enfin choisi ton meuble, tu vas le récupérer en pièces détachées. Ensuite tu fais la file d’attente, tu payes et tu repars, avec un peu de chance sans être pris dans les embouteillages. En moyenne, tu passes combien de temps à Ikea ? »

Jean : « Je ne sais pas 2-3 heures. Parfois 4 heures, si j’ai plusieurs achats à faire. »

Moi : « Sur place ou voyage compris ? »

Jean : « Sur place. »

Moi : « Et ensuite tu mets combien de temps à monter le meuble ? »

Jean : « Ça dépend du meuble…mais c’est vrai que ça prend toujours plus de temps que je l’imagine. »

Moi : « Tu vois le souci est que tu ne prends en compte que l’achat du meuble en lui-même. Et non le temps passé au déplacement, à la recherche, à l’attente, et au montage du meuble. Parce-que, effectivement, la transaction prend cinq minutes. Par contre, tout le reste prend autant de temps que de construire un meuble soi-même. Et dans mon cas, ça m’a toujours pris moins de temps. Parce-que quand tu prends l’habitude de chercher des façons de faire alternatives, tu sais où trouver rapidement ce dont tu as besoin à moindre coût, et proche de chez toi ».

Jean : « Tu as un exemple de quelque chose que tu as construit »

Moi : « Oui, ma table haute de cuisine. Après avoir trouvé le modèle de la table sur internet (Pinterest) et avoir fait un croquis aux dimensions que je voulais (30 minutes), mon copain et moi sommes allés en vélo (15 minutes) chercher du bois et de la quincaillerie– vis et équerres (45 minutes). Ensuite, on a ramené le tout à la maison (15 minutes). Puis, j’ai poncé les planches (45 minutes) et les ai assemblées en 3 heures, en faisant quelques poses. À part pour la recherche et le croquis, j’ai eu de l’aide de mon copain, notamment pour le transport et l’assemblage. Au total, ce projet m’a pris 5h30. Le tout dans une ambiance détendue sur ma terrasse un bel après-midi d’été ».

Jean : « Ok, je vois »

Évidemment, après Jean m’a parlé du coût du matériel et des pièces nécessaires. Là aussi j’avais d’autres arguments concernant ces choses-là qui, pour te la faire courte, revenaient moins chères que d’aller chez Ikea. Et le plus important est que j’avais une table sur mesure, correspondant exactement à mes besoins.

 

Défi Rien de Neuf : + de bien-être

Défi rien de neuf_temps

Sortir du système de la consommation traditionnelle

L’achat de biens neufs demandent de s’inscrire dans un système qui est suivi par la majorité. Plus il y a de monde, moins c’est agréable. Plus il y a de monde, plus il y a d’énervement. Plus il y a de monde qui ont une chose, et plus on a envie de l’avoir. En m’éloignant de ce schéma-là, je satisfais mes besoins dans des environnements plus agréables, sans pression et sans stress.

 

Plus relax et en phase avec mes valeurs

Je suis aussi plus en phase avec les valeurs que j’ai acquise au fur et à mesure de mon chemin vers la consommation responsable. En ne passant que par la seconde main et en n’achetant rien de neuf, je ne contribue plus à la création de produits conçus à l’autre bout du monde. D’ailleurs, parlons-en de l’industrie actuelle du textile. Tu as sans doute entendu parler de la fast-fashion. Le principe d’acheter de plus en plus de vêtements « jetables », à durée de vie courte. Sache que cette industrie est extrêmement polluante et rejette de nombreuses choses néfastes, notamment dans l’eau et l’air, ayant un impact sur les lieux de production (humain, animaux, ressources). Comme l’eau et l’air n’ont pas de frontière, la pollution dégagée dans le processus de fabrication se répand tranquillement un peu partout, du lieu de production à nous, à travers par exemple l’air qu’on respire ou les aliments qu’on mange. Et là je ne te parle que de la production. Tu peux encore lui ajouter l’emballage et le transport. Tout ça pour un jeans à 19,99$ qui va te tenir six mois.

Alors pour me sentir mieux, j’achète de seconde main dans des boutiques proches de chez moi, des biens déjà utilisés prêts à être réutilisés. Ou alors, je me fais offrir (cadeaux de Noël et anniversaire) des biens neufs responsables, éthiques, et équitables. Oui, je triche, mais de manière responsable. Alors ça ne compte pas vraiment.

Un beau réseau d’entraide

Ne rien consommer de neuf m’a demandé de sortir de ma zone de confort, de mes petites habitudes de consommatrice traditionnelle. Oui, j’achète de seconde main, mais pas uniquement. Je répare, construis ou échange des biens matériels. Cette nouvelle façon de faire m’a permis de me bâtir un beau petit réseau d’entraide. Toujours présent en cas de besoin. Et ça, je peux te dire que c’est très confortable de se savoir à ce point entourée et soutenue.

 

Défi Rien de Neuf : + d’argent

Défi rien de neuf_temps

Bon, celle-là est clairement facile. La seconde main est moins chère que le neuf, puisque le bien acheté a déjà était utilisé. Il peut être un peu moins cher comme clairement moins cher ; tout dépend de la politique du vendeur (magasin ou site internet).

 

De moins en moins

Comme je te l’ai dit plus haut, j’achète beaucoup moins de biens depuis que j’ai changé ma façon de consommer. Donc je dépense moins. Étant donné que les prix sont vraiment plus bas, le peu d’achat que je fais me donne un beau pouvoir d’achat pour d’autres choses.

 

Je ne me prive de rien

Acheter de seconde main a augmenté mon pouvoir d’achat tout en diminuant mes besoins. Donc je peux me permettre des petits plaisirs comme des journées au spa, des bons petits restos, des week-ends ou de plus longues vacances. Étant donné que je dépense beaucoup moins dans un domaine, j’ai plus d’aisance dans les autres.


A lire aussi : Faire un Budget : Mode d’Emploi Détaillé

 

Une année sans rien acheter de neuf : le bilan

Ne rien acheter de neuf m’a apporté un nouveau système de consommation responsable qui correspond à mes besoins, mes envies et mes valeurs. Le bilan est déjà fait. Il est tellement positif que j’ai signé pour une nouvelle année.

D’ailleurs, une chose importante est que le défi Rien de Neuf n’est pas strict. Personne ne t’interdit d’acheter du neuf si tu en as besoin ou envie. L’idée du défi est plutôt de te faire réfléchir sur ta consommation et de te motiver à trouver d’autres moyens plus équilibrés de combler tes besoins. Et pour cela tu n’es pas laissé à toi-même. Le site du défi Rien de Neuf propose de nombreuses ressources. Donc pas de panique, personne de leur équipe ne viendra toquer à ta porte un beau matin parce que tu as acheté du neuf la veille.

Si ce défi t’intéresse, commence par t’inscrire ici. Le site de l’initiative est très bien fait et propose de nombreux outils et ressources par région et par besoin. Tu peux aussi en trouver d’autres sur mon blog.

 

Défi rien de Neuf : mes 4 piliers indispensables

Comme dit à de nombreuses reprises dans cet article (et ailleurs sur mon blog), consommer de manière responsable et ne rien acheter de neuf est très simple. Il suffit de faire différemment et de mixer les quatre piliers suivants, ceux sur lesquels reposent ma démarche responsable, que j’ai enclenchée il y a un peu plus de quatre ans maintenant. L’ordre dans lequel je te les présente n’est pas un ordre d’importance. À toi de les mixer en fonction de tes besoins, habitudes et contraintes.

 

1. Se faire prêter ou donner

Active ton réseau (amis, famille, voisins et connaissances) en répondant à tes besoins par le prêt ou le don.

 

2. Échanger

L’échange est un bon moyen de renouveler tes biens en fonction de tes besoins et de tes envies. Tu peux échanger n’importe quoi : vêtements, livres, accessoires, ustensiles, high tech, etc. La seule limite est celle que tu te fixes.

 

3. Fabriquer soi-même (DIY)

Beaucoup de tes besoins peuvent être satisfaits par une fabrication « faite maison ». Quand tu y penses, ce n’est pas si compliqué de construire une étagère, une table ou un bureau.  Commence par un petit projet. Emprunte des outils, et achète quelques pièces de quincailleries (vis et clous). Vas-y petit à petit. Là aussi la limite est celle que tu te fixes.

 

4. Acheter de seconde main

Tout se trouve de seconde main : vêtements, électroménager, high tech, meubles, accessoires, livres, etc. Pour trouver les magasins, sites ou particuliers vendant de la seconde main, tu peux regarder sur le sitedu Défi Rien de Neuf, sur internet ou sur l’article que j’ai écrit ici (liste au niveau du paragraphe Des cadeaux de seconde main – vers la fin de l’article)

 

Ne rien acheter de neuf est totalement accessible. Et les effets positifs sont multiples que ce soit pour toi, pour l’environnement et pour les autres. Commence tranquillement à changer tes habitudes pour en acquérir de nouvelles plus équilibrées et responsables. Ne te presse pas, et ne te mets pas la pression. Accepte de te tromper. Recommence. Persévère. Prend ton temps, teste les différentes options et garde celles qui complètent tes besoins. Célèbre tes victoires, et partage-les. Sois fièr.e de ta démarche. Prépare-toi à avoir + de temps, + de bien-être et + d’argent.

A lire aussi: Comment Gérer son Argent ? | 9 Habitudes Simples

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 3
  • 104
    Partages

8 commentaires

  • Marie du blog secrets de nutritionniste

    Félicitations pour ton premier podcast!!! Il est super. On a l’impression d’être avec toi (genre en train de prendre un petit thé), et que tu nous parles de ton défi rien de neuf. C’est rythmé, bien construit, on t’écoute volontiers nous distiller ton histoire. bravo !

  • Laurence

    Le défi “Rien de Neuf” est une excellente façon de revoir sa consommation pour la planète aussi bien que pour son porte-monnaie.

    Acheter seconde main est très pratique aussi. Cependant, auriez-vous des conseils pour éviter de trop acheter même en seconde main?

  • Anne-Sophie Gouverneur

    Hello!

    Je ne savais pas que ce défi existait! Je dois dire que depuis plus d’un an, je suis comme toi : j’achète rien de neuf pour moi ou ma fille! et les cadeaux que nous offrons sont tous fait mains avec ma petite machine de découpe!
    résultat : plus de temps, d’argent et bien-être! Tout comme tu dis quoi!
    Je suis ultra fan de ton blog!

    • Sophie

      Coucou Anne-Sophie !

      Merci pour ton message; ça fait plaisir 🙂 Contente de voir que pour toi aussi cette habitude de consommation te fait du bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

           Reçois gratuitement mes 73 astuces pour économiser 500€

%d blogueurs aiment cette page :