Défi rien de neuf : comment tricher de manière responsable 2 fois par an - consommation rebelle

Défi rien de neuf : comment tricher de manière responsable 2 fois par an ?

Comme tu le sais peut-être, je me suis lancée dans le « Défi Rien de Neuf » cette année. Ce qui implique : aucun achat neuf de biens matériaux vêtements, meubles, électroménager, high tech, décoration, livres. La nourriture, les produits d’hygiène et les cosmétiques n’entrent pas dans ce défi.

Attention, contrairement à ce qu’on pourrait croire, je n’ai pas passé une année de déprime, à mettre toujours les mêmes vêtements et à ne remplacer aucun de mes biens matériels qui en avaient besoin. La seule différence avec l’année d’avant est qu’à la place d’acheter neuf, j’achète de la seconde main (ou emprunte, ou échange). Si ce n’est que la seule différence, les conséquences sont par contre multiples et positives, aussi bien pour moi (plus de temps, plus de bien-être et plus d’argent) que pour la planète (utilisation de ressources déjà existantes et non contribution à des industries polluantes).

 

La seconde main, ma meilleure amie

Jusqu’à présent, à chaque fois que j’ai eu un besoin (tenue de soirée, lit, ustensiles de cuisine, sac à dos), j’ai réussi à le combler avec la seconde main. Même si je parle de besoins, les biens matériels que je cite n’étaient nullement des besoins vitaux. Toujours est-il que je les ai toutes trouvées en prêt ou en achat de seconde main.

Par contre, comme pour tout le monde, il y a des petits objets matériels qui me font envie et qui sont neufs. Alors comment faire pour pour toujours respecter le « Défi Rien de Neuf », mais quand même m’offrir ces petites choses qui me font tant envie. J’en viens donc à ma petite technique de triche.

 

Faire sa liste de souhaits

2 fois par an, pour Noel et mon anniversaire, je fais une petite liste de souhaits. Je te parle d’ici d’une habitude qui date de plusieurs années. A un moment dans le passé, je me suis lassée de ne pas aimer à 100% mes cadeaux et de ne pas les utiliser autant que possible. Ça me frustrait surtout de voir que mon entourage s’était autant impliqué dans cette démarche de cadeau, pour qu’au final je sois simplement moyennement satisfaite. Bien sûr, je me forçais et utilisais le cadeau le plus possible. Mais avec le temps, je le délaissais. Je suis certaine que tu as déjà vécu ce genre de situation, à moins que tu sois extrêmement chanceux.se.

La liste règle donc le problème. Non, ça n’enlève pas le charme de la surprise. En tout cas, pas pour moi, ni pour ceux qui décident de piocher dans cette liste de souhaits (parce que évidemment cette liste n’est pas obligatoire ; les cadeaux spontanés restent possibles, tout comme ne rien m’offrir d’ailleurs). Depuis que j’ai mis en place cette liste, je n’ai jamais été autant satisfaite de mes cadeaux, que j’utilise d’ailleurs très régulièrement, voire quotidiennement.

 

Tricher : OK, mais de manière responsable.

Ce concept de liste n’a jamais été aussi utile qu’aujourd’hui. Tout d’abord parce que mes valeurs ont évolué et que j’ai des souhaits bien plus spécifiques qu’avant. Mais aussi parce que je tiens à ce que tout ce que je reçois de neuf soit le plus responsable possible. Avec ces deux nouvelles variables, mon histoire de liste est parfois un soulagement pour mes proches. Pas besoin donc pour eux de se mettre à jour sur les tendances zéro-déchet, véganes, bio et locales et d’imaginer les marques et produits qui pourraient me plaire. Je m’en occupe. Pas de stress.

 

C’est quoi le « responsable » ?

Chaque souhait qui va se trouver dans ma liste sera (pour les cadeaux matériels par exemple), dans la mesure du possible : végane, éthique, bio, local (en fonction de l’endroit d’achat), avec un emballage minimal (dans la mesure du faisable). Je suis consciente que toutes les variables ne sont parfois pas possibles en même temps. Je suis aussi sensible au fait que ce genre de cadeau peut être plus cher que d’autres. Voilà pourquoi, comme je le répète, me faire un cadeau n’est absolument pas une obligation. Et si mes proches insistent, je fais toujours en sorte que ma liste corresponde à tous les budgets.

 

Pas de caprice, uniquement des bonnes intentions.

Non, je ne refuse pas des cadeaux qui ne me plaisent pas. Non, je ne fais pas une crise si le cadeau qu’on m’offre n’est pas sur ladite liste. En fait, ce que j’essaye de faire, est de communiquer ouvertement à mes proches ce qui me fait vraiment plaisir, pour que leurs efforts soient le plus possible en accord avec mes besoins et souhaits. De cette façon, tout le monde est satisfait. Secrètement, j’espère aussi leur donner envie de se tourner le plus régulièrement possible vers des cadeaux responsables.

 

Cadeaux matériels et cadeaux immatériels 

Avant j’aimais avoir des choses. J’aimais que mes cadeaux soient des objets pour que je puisse les utiliser, m’en rappeler et les montrer. Et puis, j’ai grandi, déménagé, diminué mes possessions, et j’ai commencé à me satisfaire du minimum. Résultat : ma liste de cadeaux devient de plus en plus immatérielle.

 Ce qu’il y a de bien avec les cadeaux immatériels, c’est qu’ils offrent une expérience nouvelle, qui parfois peut déboucher sur une nouvelle passion. L’année dernière, pour mes 27 ans, j’ai reçu de mes amis deux mois d’abonnement pour apprendre la Salsa. Ça a été une révélation. Je suis devenue accro au point d’abimer mes baskets que je mets pour danser (achetées seconde main d’ailleurs). Après plusieurs mois de recherches de chaussures de danse de seconde main (friperie, magasin de danse de seconde main, site de seconde main, réseaux d’amis, réseaux de danseurs), je n’ai toujours pas trouvé de chaussure qui m’allait. Je vais donc me diriger vers du neuf, en cherchant un modèle intégrant le plus possibles me valeurs (par exemple, éthique et local – dans la mesure du faisable).

L’idée du « Défi Rien de Neuf » n’est pas de se priver, mais bien de découvrir des façons alternatives responsables de consommer. Étant donné que je n’ai rien acheté de neuf cette année, je vais continuer sur ma lancée. La seule petite triche que je me permets est de faire une liste de souhaits d’objets neufs responsables pour mon anniversaire et pour Noël. D’autant plus que le fait de recevoir en cadeau un objet ou une expérience dont on a vraiment envie ou besoin lui donne une valeur symbolique.

 

Mon anniversaire, c’est bientôt, et après il y a Noël

Voilà, tu connais donc ma technique responsable de triche au « Défi Rien de Neuf ». Dans quelques jours (le 23 novembre pour être précise), je vais avoir 28 ans, et dans un peu plus d’un mois, c’est Noël, alors Papa, Maman, voici ma petite liste de souhaits :

  • Brunch – 30€
  • Spa – 40€
  • Cours de salsa – 60€/mois
  • Cours privés de salsa – 240€ pour 5h
  • Chaussures de salsa – 120€ à 140€ – je suis encore en train de faire mes recherches pour trouver la marque idéale. D’ailleurs si tu as des suggestions, je suis preneuse 🙂
  • Lunettes de vue : 120€
  • Basket Veja ici (125€), ou ici (99€), ou ici (99€) – je fais du 37
  • Boucle d’oreille ici (35€) – celles avec la dentelle moutarde et les franges beiges
  • Abonnement de musique Spotify premium – 9,99€/mois
  • Ustensiles zéro-déchet : sac en vrac, brosse à cheveux en bois, tupperware en inox, gourde en inox, tasse a café réutilisable – 10 à 30€

 

Merci beaucoup de me gâter autant et d’essayer de me suivre dans ma démarche 🙂

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 20
    Partages

Laisser un commentaire