Est-ce que ça vaut vraiment le coup d’être rebelle - consommation rebelle

Est-ce que ça vaut vraiment le coup d’être rebelle ?

En voilà une bonne question. Ça fait plusieurs mois que je te donne plein d’infos pour changer ta consommation, étape par étape, afin d’avoir + de temps, + de bien-être, et + d’argent. Mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce que ça vaut vraiment le coup d’être rebelle ? Est-ce que ça m’apporte vraiment tous ces +, ou s’agit-il uniquement d’un petit slogan qui marche bien ?

Pour répondre à cette question, et fêter les 6 mois d’existence de Consommation Rebelle, j’ai décidé de faire un bilan sur cette rébellion. D’ailleurs, même si ça fait 6 mois que je t’écris, ça fait un peu plus longtemps que je me suis rebellée (graduellement depuis 4 ans). J’ai donc plusieurs arguments pour te prouver que ça vaut vraiment le coup de consommer différemment. Oui, je peux déjà te le dire, la réponse est oui. Voilà de quoi te motiver à continuer cette lecture. Pour te démontrer tout ça, je vais détailler chacun des trois postes (temps, bien-être, et argent) et te montrer concrètement les apports.

+ de temps

 

Être rebelle, c’est consommer moins.

J’ai diminué la totalité de mes achats pour ne consommer que ce dont j’ai vraiment besoin. Comme j’achète moins, je dépense moins de temps et en gagne donc pour faire d’autres choses. Les trois grands changements que je remarque sont les suivants :

  • Je ne passe plus des après-midis entiers à courir après les bonnes affaires et à revenir avec des montagnes de vêtements et de chaussures (entre autres).
  • Je ne manque plus de rien niveau cosmétiques ou produits nettoyants. Je prépare la majorité de mes produits nettoyants et cosmétiques. En m’assurant d’avoir quelques essentiels, que j’achète une fois de temps en temps, je peux, sans sortir de chez moi, me préparer un dentifrice, de la crème nourrissante, un déodorant, un nettoyant multi-usage, ou un shampoing sec (et plein d’autres choses d’ailleurs).
  • Je ne vais plus dans les grandes surfaces (Carrefour, IGA, ou Metro). Pourquoi ? Parce que je n’en ai plus besoin. Je fais mes courses directement chez les producteurs ou dans des épiceries en vrac pour les produits secs. Résultat : je gagne énormément de temps en évitant le transport, les rayons interminables, et le monde.

 

 

Être rebelle, c’est s’organiser en regroupant ses tâches

Surtout celles concernant la logistique. Clairement, il y a mieux que faire les courses, le ménage, la lessive, et la bouffe. Les regrouper permet de dédier une plage horaire unique pour ces tâches. Personnellement, je me trouve beaucoup plus efficace quand je fais ce type de tâches en même temps. Voici quelques exemples en vrac :

  • Je prépare mes repas de la semaine en même temps que je lance une lessive et que je nettoie rapidement mon appartement.
  • Je fais mes produits nettoyants en même temps que mes cosmétiques quand j’arrive à la fin de certains produits.
  • Je m’organise un petit circuit de courses une fois par semaine pour tout faire d’un coup. Dans l’idéal avant le weekend, sur le retour du boulot, pour me libérer un maximum de temps « sans logistique » la fin de semaine. Essaie, ça change tout. Une petite impression de vacances.

 

Ces petites choses que je cumule ne représentent que quelques heures de logistique très localisées qui m’assurent des jours entiers de liberté.

 

Être rebelle, c’est se créer des routines.

Pour être efficace dans certaines tâches afin d’optimiser son temp libre. Ce qui est dommage avec les routines, c’est qu’on a tendance à les voir de manière négative. De mon côté, je les vois plutôt comme de bonnes habitudes, qui me permettent, sans trop réfléchir, d’accomplir plein de choses. Oui, au début ça demande un peu de réflexion et de pratique. Parce que pour que ça devienne une routine il faut la répéter plusieurs fois. Mais une fois que tu es habitué.e, tu n’as même plus à réfléchir. Tu peux s’simplement t’adonner à la tâche sans penser à aucune logistique.

Il existe plusieurs types de routines.

 

Les routines de logistique de vie

J’utilise par exemple mes routines pour préparer ma semaine et gagner du temps sur des tâches inintéressantes comme la préparation de mes repas, de mes vêtements et le nettoyage de mon appartement.

 

Les routines « projets personnels »

J’applique aussi mes routines pour me réaliser. Par exemple, chaque matin, je me lève souvent 2h30 avant mon départ au boulot pour avancer sur mes projets personnels. Je peux le faire en partie, parce que je n’ai pas à penser à toute la logistique de vie. Donc chaque matin, j’ai mon rituel. Je me lève, je mange et je me concentre sur 1 ou 2 objectifs que j’ai déterminés le weekend précédent.

 

Les routines pour les engagements désirés

Les routines sont aussi idéales pour s’adonner à ses engagements désirés, comme le sport. Là aussi, je n’ai pas besoin de réfléchir au moment auquel je peux aller faire du sport. Cet engagement est déjà placé dans mon calendrier. Je n’ai plus qu’à y aller. Bien sûr, si je préfère faire autre chose, je le fais. Aucune obligation, mais uniquement une liberté d’esprit au niveau de la logistique.

 

 

+ de bien-être

 

Être rebelle, c’est acheter moins mais mieux

Moins et mieux à travers des produits de qualité. C’est le cas avec la nourriture où j’essaye le plus possible d’acheter local, bio et non transformé (les trois en même temps quand c’est possible). Pour les cosmétiques et les produits nettoyant je fais tout ce que je peux moi-même avec des produits naturels et bio. Mes cosmétiques maison ne me donnent aucune rougeur ou démangeaison (contrairement à certains produits que j’utilisais avant). En plus, je n’ai aucune odeur chimique. Et pour ce qui est des produits nettoyants, je n’en utilise plus 36, mais uniquement 1 seul très efficace, mon fameux produit nettoyant mutli-usage. Là aussi, plus d’odeurs chimiques, ou de produits avec des icônes de danger de mort.

 

Être rebelle, c’est se libérer des pensées négatives

Pour laisser la place aux pensées positives. Ne plus faire mes courses dans des grandes surfaces, comme Carrefour ou IGA, m’a libérée du stress lié à la qualité des produits. Voici toutes les choses que je ne vis plus :

  • Je n’ai plus de déchets auxquels je dois m’occuper. J’achète presque tout en vrac. Les seuls déchets que j’ai sont alimentaire (composte) et quelques fois recyclés.
  • Je n’ai plus de stress à avoir par rapport au plastique ou à la pollution éventuelle présente dans les poissons ou les viandes. Je n’en mange plus du tout, alors comme ça c’est réglé.
  • Je n’ai plus de stress par rapport à la logistique de vie. Je n’achète que ce dont j’ai besoin, à proximité de chez moi, à un moment que j’ai décidé dans ma semaine.
  • Je n’ai plus besoin de me déplacer loin dans les grandes surfaces immenses, sur-climatisées, et pleines de monde. J’ai tout ce qu’il me faut à côté de chez moi.
  • Je ne manque plus de temps. Maintenant, je n’en ai plus que pour mes projets personnels. Ce qui ne m’empêche pas d’être bien occupée, mais au moins c’est avec des choses que j’aime.

 

J’ai surtout gagné de l’« espace mental » pour me réaliser. Je me suis libérée de cette logistique traditionnelle en m’en créant une autre plus simple et de meilleure qualité. Conclusion : je me sens beaucoup plus légère au niveau de mes décisions et de mon temps.

 

Être rebelle, c’est avoir moins de choses.

Je suis passée par une période où j’ai eu besoin de me libérer d’un nombre énorme de choses. J’en avais trop, parce que je surconsommais dans plein de domaines. En ayant moins, j’ai choisi uniquement mes éléments préférés. Je suis maintenant pleinement satisfaite de tout ce que j’ai. Là aussi, je me sens beaucoup plus légère et sans aucune contrainte. Je n’ai d’ailleurs même plus peur qu’on me cambriole. Ils seraient bien déçus, les malfrats !

 

+ d’argent 

 

Dernier point, mais pour beaucoup le plus important : l’argent. Lorsqu’on me pose la question « Est-ce que ça vaut le coût ? », c’est en fait le premier sujet auquel on attend que je réponde. Personne ne me pose de questions sur les deux sujets du haut. Voici pourquoi j’ai commencé Par eux.

 

Précisions

Donc, on va parler sous. Il y a cette croyance commune qui dit que le bio, le vrac et le local coûtent plus cher. Est-ce que c’est vraiment le cas ? Je dirais que ça dépend principalement de ta manière de consommer. Si tu deviens pleinement rebelle dans ta consommation, tu vas laisser tomber la consommation traditionnelle et donc la surconsommation. Tu vas donc moins consommer et qui dit moins d’achats dit moins de dépenses. Lorsque tu vas comparer tes frais tu verras que tes achats locaux, bio, et en vrac vont te couter moins chers par rapport aux grandes surfaces. C’est en partie parce que tu en auras acheté moins.

Ensuite, changer ta consommation en achetant local, bio, et en vrac va te supprimer certains besoins que tu pouvais avoir. C’est le cas par exemple des sacs poubelles, de certains cosmétiques traditionnels, des emballages (aluminium, plastique), des produits nettoyants.

 

Comparaisons

Tu vas donc pouvoir uniquement te concentrer sur tes besoins et avoir plus d’argent à dépenser dans des produits de qualité. « Ok, mais combien ? ». Là aussi, je te dirais que ça dépend de tes épiceries, de tes fournisseurs locaux. Pour parler chiffre, je me suis dit que j’allais te donner quelques points de comparaison entre différents produits que je peux acheter

 

 

Cosmétiques

 

**En deux mois, je me fais trois shampoings mouillés (farine de pois chiche) et environ un shampoing sec (fécule de mais) tous les 5 jours.

 

Maquillage

Pour le maquillage, j’utilise les mêmes cosmétiques que j’ai achetés dans la dernière année (j’en achète peu et en utilise très peu d’ailleurs). Je ne change que régulièrement (tous les 3 mois) le mascara et l’anticerne. Il faut d’ailleurs que je teste des marques bios.

 

Produits nettoyants

Confession : beaucoup de mes achats de produits nettoyants venaient de Dollaram (marque Canadienne de produits à petits prix – moins de 3$)

 

Bouffe

Pour la bouffe, ça fait un moment que j’ai changé ma façon de consommer. Donc c’est plus difficile pour moi de te faire une comparaison avant-après. Je vais donc te faire une comparaison (représentative de mes achats et de ma réalité actuelle) entre le vrac et le vrac bio. Habituellement je fais un petit mix entre les deux. Voici des exemples de choses que je peux acheter.

 

  • Tofu : 3,50$ pour 450g / 2,30€
  • Tofu bio : 3,10$ pour 450g (0,69/100g) / 2€
  • Légumes bio : 18$ fruits et légumes bio panier bio / 11,80€
  • Gruau : 0,39$ pour 100g / 0.26€
  • Gruau bio : 0.40 pour 100g / 0.27€
  • Pain : 4,50$ pour une miche / 2,95€
  • Œufs : 4$ pour 12 /3€ pour 12
  • Œufs bio : 6,60$ pour 12 /4€ pour 12
  • Quinoa : 1,39$ pour 100g / 0,91€
  • Quinoa bio :1,16$ pour 100g / 0.76€
  • Farine de blé : 0,38$ pour 100g / 0.25€
  • Farine de blé bio : 0,38$ pour 100g / 0,25€
  • Riz : 0,48$ pour 100g / 0,31€
  • Riz bio : 0,81 pour 100g / 0,53€
  • Couscous : 0.35$ pour 100g / 0,23€
  • Couscous bio : 0.82 pour 100g /0,54€
  • Penne : 0,40$ pour 100g / 0,26€
  • Penne bio : 0,79$ pour 100g / 0,52€
  • Pépite de chocolat (72%) : 1,89$ pour 100g / 1,24€
  • Pépite de chocolat bio : 2,68$ pour 100g / 1,76€
  • Miel 10$ pour 1 kg /6,55€
  • Miel bio : 1,65$ pour 100g /1,08€
  • Yaourt bio : 0,93$pour 100g / 1,42€

 

Vêtements/chaussures

Pour les vêtements et les chaussures, j’avais tendances à aller faire les magasins tous les samedis après-midis en repartant avec au moins un article. Parfois, c’était plus. En passant à la seconde main, je dépense et achète moins, étant donné que je me suis rendue compte de mes vrais besoins. Voici quelques exemples de différences de prix entre le neuf (de type H&M-Zara)  :e t la seconde main

  • 1 jean neuf : 49,90$ /32€
  • 1 jean seconde main : 7$ /4,5€
  • 1 t-shirt neuf : 14,90$ / 9,7€
  • 1 t-shirt de seconde main : 4$ / 2,6€
  • 1 pull neuf : 29,90$ / 19,6€
  • 1 pull de seconde main : 7$/4,5€
  • 1 paire de bottine neuve : entre 50 et 120$ /32€ et 80€
  • 1 paire de bottine de seconde main : entre 15€ et 30$ /9,82 et 19,6€

 

De manière générale, si tu compares tous les postes, ça vaut le coût financièrement. Il y a bien sur des variations dans chacun des postes. Mais comme le changement est général, je te conseille de le voir dans sa totalité. Même si tu dépenses plus en achetant certains produis bio et en vrac, tu vas annuler d’autres besoins et donc faire des économies. En plus tu auras gagné en qualité.

 

Être rebelle, ça vaut le coût.

Ce ne sont donc pas que de jolis mots. J’ai vraiment gagné + de temps, + de bien-être, et + d’argent. S’ajoutent aux gains des bonus non négligeables : + de liberté et + de légèreté. Ceux-là, je ne m’y attendais pas. Deux très beaux effets secondaires à mon changement.

 

////

Envie d’être rebelle ? Clique ici et ici pour connaitre toutes mes astuces.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 12
    Partages

Laisser un commentaire